No bounds

masthead

La santé sans limite

Interopérabilité dans le domaine de la santé au niveau de l’établissement

Professionnels de santé : Parlez-nous de vos plus grands défis

Professionnels de santé :
Parlez-nous de vos plus grands défis

Eran Rubens

Série Executive Insights

Podcast n° 99 Le rôle de l’interopérabilité dans les soins de santé de demain

avec Eran Rubens, dirigeant chez Philips

Podcast d’Eran Rubens
Écouter le podcast
DLa multiplication des appareils médicaux connectés, les groupes cachés de données non structurées et les systèmes qui ne communiquent pas ensemble ont compliqué les objectifs des DSI du secteur de la santé qui cherchent à améliorer l’efficacité opérationnelle et clinique. Dennis de Costa s’entretient avec Eran Rubens, Chief Technology Officer responsable de l’imagerie pour les établissements hospitaliers chez Philips, qui explique comment la complexité à laquelle sont confrontés les leaders des technologies de l’informatique médicale peut être abordée grâce à davantage d’interopérabilité et de normalisation.

L’interopérabilité des données de santé est essentielle

 

Alors que les soins de santé évoluent de plus en plus vers des modèles de soins axés sur la qualité, les leaders de l’informatique médicale sont confrontés à un ensemble de défis. Leur environnement technologique est vaste et complexe : chaque service possède son propre système informatique, des services d’urgence à l’imagerie, en passant par les laboratoires et les services de médecine générale. Il s’agit d’un patchwork de technologies aux multiples facettes.
 

Étant donné le volume important de données de santé collectées chaque jour par un hôpital, il est difficile de leur donner un sens pour aider les médecins, stimuler l’efficacité et améliorer les résultats de traitement. La multiplication des appareils médicaux connectés, les groupes cachés de données non structurées et le manque d’interopérabilité entre les systèmes les empêchent d’exploiter davantage les données qu’ils collectent.

Les Big Data, une complexité croissante

 

De façon anecdotique, les DSI du secteur de la santé pensent que leur plus grand défi est d’utiliser ces énormes volumes de données afin d’améliorer l’organisation et d’assurer la qualité des soins. Cependant, le développement de nouvelles technologies, en parallèle des technologies existantes, a considérablement compliqué leurs systèmes informatiques.

 

Imaginez un seul patient dans une USI quelque part dans ce pays. Au cours d’un seul séjour à l’hôpital, ce patient a de nombreux points de contact : depuis les appareils médicaux et les modalités d’imagerie jusqu’aux systèmes informatiques cliniques et au PACS. Aux urgences et dans les blocs opératoires, les unités de soins intensifs et intermédiaires, les appareils et les systèmes génèrent des volumes de données qui sont essentielles à la prise de décision clinique.

 

Dix appareils médicaux sont connectés à ce seul patient et chaque appareil produit des données toutes les quelques secondes ou minutes. Imaginez maintenant les données générées par des millions de patients dans les établissements de soins de santé de tout le pays : des patients soignés dans des services de radiologie, de cardiologie, d’oncologie et autres, tous reliés à de multiples appareils générant d’importants volumes de données.

 

“Les soins de santé sont de plus en plus complexes”, explique Eran Rubens, Chief Technology Officer responsable de l’imagerie pour les établissements hospitaliers chez Philips Healthcare. “Nous disposons désormais de nouveaux types de données générées grâce au développement de la numérisation, comme l’anatomopathologie numérique et la génomique, produisant d’énormes quantités de données à des vitesses étonnantes.”

Bonnes pratiques d’utilisation grâce à la normalisation de l’interopérabilité

 

Il est important pour plusieurs raisons de relier les différents systèmes médicaux et de discuter des données des dossiers patient provenant de services hospitaliers isolés, car l’extraction de données compartimentées peut faire perdre un temps précieux pour le patient. Il est également possible que des données critiques passent inaperçues.

 

“De nombreux systèmes ont été conçus à l’époque où ils n’étaient que des îlots d’informations. Le besoin de partager les informations n’existait pas encore et la nécessité de rassembler et de relier tous les éléments n’était pas aussi forte”, ajoute M. Rubens.

 

La capacité des appareils et des systèmes à se connecter les uns aux autres et à partager les données permet d’avoir une vue d’ensemble de l’état de santé du patient. Les cliniciens peuvent ainsi prendre des décisions plus rapidement et de façon plus réactive. Ceci explique la volonté de donner la priorité à l’interopérabilité dans les systèmes d’information hospitaliers. L’interopérabilité signifie que les données peuvent circuler entre les fournisseurs et les systèmes de santé pour faciliter l’accès à des soins de haute qualité, quel que soit l’emplacement physique du patient.

 

Il est difficile de parvenir à une véritable interopérabilité, qu’il s’agisse de l’intégration des appareils médicaux ou de la connexion transparente de multiples systèmes, applications, services et établissements. Pour M. Rubens, “Le défi actuel est d’autant plus difficile à relever que ces systèmes n’ont pas été conçus au départ pour être interopérables et qu’il impossible de remplacer tous ces systèmes du jour au lendemain.”

 

Il ajoute : “C’est donc l’occasion d’utiliser des solutions et des couches d’interopérabilité qui permettent de relier ces systèmes et d’en extraire des informations utiles, ainsi que de normaliser ces données si nécessaire, sans vous obliger à remplacer l’ensemble de ces solutions.”

 

Les organismes de normalisation ont fait des progrès importants et les mesures incitatives au niveau de la réglementation, comme les bonnes pratiques d’utilisation, ont encouragé les fournisseurs et les prestataires médicaux à améliorer l’interopérabilité des systèmes et le partage des contenus. Pourtant, des incohérences et des problèmes de qualité liés aux données persistent.

 

Les défis sont multiples, mais les occasions d’exercer une influence positive sur les patients et les prestataires médicaux grâce à des modèles de prise en charge plus intégrés sont nombreuses. Une stratégie d’interopérabilité à l’échelle de l’établissement peut contribuer à ce que les données riches en informations soient correctement utilisées, permettant ainsi de transformer l’administration de soins pour tous, de relier les éléments entre eux, d’éliminer les déconnexions et de partager les données dans l’intérêt de tous.

Partager cette page avec un collègue

Un tableau clinique plus complet du patient cardiaque

Des capteurs sans fil pour améliorer la sécurité des patients à l'hôpital AZ Maria Middelares

L’interopérabilité 1
L’interopérabilité 2
L’interopérabilité 3
L’interopérabilité 4

Informations de contact

* Champ requis
*

Détails du contact

*
*
*

Détails de l'entreprise

*
*
*

En parler avec nous

Icône “En parler avec nous”

Quels sont vos principaux défis en matière de solutions informatiques ? Qu’il s’agisse de l’interopérabilité des systèmes au sein de votre établissement hospitalier ou d’une plus grande harmonisation des soins, nous travaillons à vos côtés pour comprendre en détail votre infrastructure et vos opérations, et nous vous proposons des solutions qui vous aident à transformer votre système de santé.
 

Pour commencer, contactez-nous à l’aide du formulaire ci-dessous.

Informations de contact

* Champ requis
*
*
*
*
*
*
*
*
*
Précédent
En spécifiant la raison pour laquelle vous souhaitez être contacté, nous pourrons vous fournir un meilleur service.
*
*
Précédent