Informations Presse

juil. 19, 2021

Philips et le Centre national de recherche cardiovasculaire (CNIC) espagnol collaborent sur un nouveau protocole d'IRM cardiaque ultra-rapide à des fins de recherche dans le but d'améliorer l'avenir de la pratique clinique

Philips a annoncé sa participation à un important projet de recherche visant à développer une technique d'imagerie par résonance magnétique (RM) [1,2] qui pourrait potentiellement révolutionner l'utilisation de l'imagerie par résonance magnétique en cardiologie.

 

En réduisant le temps nécessaire à l'évaluation complète de l'anatomie et de la fonction cardiaques d'environ une heure à quelques minutes, cette nouvelle technique a le potentiel d'élargir l'accès du patient à un diagnostic de précision, d'améliorer le confort du patient grâce à des temps d'analyse plus courts et de réduire le coût des soins. La technique peut être utilisée avec les appareils d'IRM à commande de phase existants sans apporter de modification. Les résultats d'un essai clinique permettant d'évaluer la technique [2] ont été publiés en avril 2021 dans la revue JACC (Journal of the American College of Cardiology) : Cardiovascular Imaging, one of the world's highest impact journals in the field [3].

« En un peu plus de 20 secondes, toutes les informations nécessaires permettant de connaître la forme et le fonctionnement du cœur sont acquises. Et si vous devez évaluer le degré de fibrose après destruction du muscle cardiaque, une autre acquisition est disponible en 20 secondes, pour obtenir une étude cardiaque complète en moins d'une minute », a déclaré le Dr Javier Sánchez-González, responsable technique de l'équipe Philips qui a participé au développement, et qui a dirigé la collaboration avec le CNIC.

 

Au cours d'un examen cardiaque par résonance magnétique conventionnel, les patients doivent rester immobiles dans le tunnel de l'appareil pendant environ une heure pour mesurer avec précision le fonctionnement de leur cœur et évaluer l'étendue de la lésion du muscle cardiaque. Plusieurs acquisitions d'images 2D et 3D complexes devant être capturées et reconstruites sont nécessaires. En conséquence, bien qu'elle soit non invasive et n'expose pas aux rayonnements, l'IRM reste marginale pour l'imagerie cardiaque.
 
« La cause principale est le temps nécessaire pour mener à bien l'examen. Un examen complet nécessite environ une heure. C'est une durée trop longue qui fait que de nombreux patients ne terminent pas le test en raison de l'inconfort qu'il leur cause », a déclaré le Dr Sandra Gómez-Talavera, chercheuse au CNIC, cardiologue exerçant à l'hôpital universitaire Fundación Jiménez Díaz (Madrid, Espagne) et co-autrice de la publication JACC.

Nous avons montré sur un grand groupe de patients que l'imagerie par résonance magnétique cardiaque utilisant cette nouvelle technologie permet d'obtenir les mêmes paramètres que ceux de la technique habituelle, mais réduit de plus de 90 % la durée pendant laquelle un patient doit rester à l'intérieur de la machine.

Dr Borja Ibáñez

Directeur du département de recherche clinique du CNIC, cardiologue à l'hôpital universitaire Fundación Jiménez Díaz et responsable clinique des travaux

La nouvelle technique (appelée « Enhanced SENSE by Static Outer-volume Subtraction (ESSOS) ») s'appuie sur le fait que pendant une apnée, tout ce qui se trouve dans la poitrine du patient reste immobile, à l'exception de son cœur qui bat. Après capture d'une première image de la partie statique (volume externe), ces données d'IRM sont temporairement supprimées. Le signal IRM du cœur qui bat peut désormais être plus facilement soustrait des données d'analyse ultérieures, permettant une acquisition jusqu'à quatre fois plus rapide d'une image 3D du cœur. Cela se traduit par un facteur d'accélération net pouvant atteindre 32. Une fois que les informations dynamiques du cœur qui bat sont reconstruites, les images statiques du volume externe sont ajoutées pour générer une image cardiaque 3D complète représentant l'anatomie et le fonctionnement du cœur. Cela permet un examen à partir de différentes vues et ce, avec une bonne résolution d'image. Si nécessaire, un second examen 3D en une seule apnée, à résolution isotropique avec injection d'agent de contraste peut révéler l'étendue des lésions du muscle cardiaque du patient.

 

Les résultats d'un essai clinique dans lequel plus de 100 patients atteints de diverses pathologies cardiaques ont été examinés en utilisant à la fois le nouveau protocole IRM et l'ancien, les images résultantes étant évaluées par des radiologues experts. Ces résultats ont démontré une excellente concordance entre les mesures de la fonction cardiaque effectuées à l'aide de chaque technique, ainsi qu'une parfaite correspondance entre les images pour caractériser les lésions tissulaires du muscle cardiaque du patient [4].

 

« Nous avons montré sur un grand groupe de patients que l'imagerie par résonance magnétique cardiaque utilisant cette nouvelle technologie permet d'obtenir les mêmes paramètres que ceux de la technique habituelle, mais réduit de plus de 90 % la durée pendant laquelle un patient doit rester à l'intérieur de la machine », a déclaré le Dr Borja Ibáñez, directeur du département de recherche clinique du CNIC, cardiologue à l'hôpital universitaire Fundación Jiménez Díaz et responsable clinique des travaux.

Le projet de recherche visant à développer ce nouveau protocole d'IRM cardiaque a été financé par l'Institut de santé Carlos III, dans le cadre d'un projet de développement technologique FIS, ainsi que par une subvention de recherche translationnelle de la Société espagnole de cardiologie, du Conseil européen de la recherche (CER) et la Communauté de Madrid.

 

Alors que la collaboration entre le CNIC et Philips est actuellement au stade de la recherche, l'objectif est d'implanter cette technique d'IRM cardiaque ultra-rapide et facile dans le milieu clinique dans un avenir proche et d'en faire bénéficier un plus grand nombre de patients. Les solutions intégrées à résonance magnétique de Philips offrent déjà de nouveaux niveaux d'IRM cardiaque ultra-rapide et personnalisée. Parmi les exemples figurent la technologie Compressed SENSE de raccourcissement de la durée des examens, le diagnostic précoce ultra-rapide de l'insuffisance cardiaque grâce à l'imagerie par résonance magnétique en contrainte (IRM SENC) et MyoStrain (par Myocardial Solutions), la solution de flux de travail de bout en bout SmartWorkflow et les scanners sans hélium.

 

En savoir plus : IRM cardiaque | Philips Healthcare.


[1] « Enhanced SENSE by Static Outer-volume Subtraction » (ESSOS)
[2] Appareil destiné aux applications de recherche uniquement. Non destiné à des fins cliniques.
[3] Comparison of the Impact Factors of the Most-Cited Cardiovascular Journals | Circulation Research (ahajournals.org) ; Impact Factor Results Rank JACC Journals Among Top 12 Cardiovascular Journals Worldwide - American College of Cardiology
[4] Gómez-Talavera S, Fernandez-Jimenez R, Fuster V, Nothnagel ND, Kouwenhoven M, Clemence M, García-Lunar I, Gómez-Rubín MC, Navarro F, Pérez-Asenjo B, Fernández-Friera L, Calero MJ, Orejas M, Cabrera JA, Desco M, Pizarro G, Ibáñez B, Sánchez-González J. (2021). Clinical Validation of a 3-Dimensional Ultrafast Cardiac Magnetic Resonance Protocol Including Single Breath-Hold 3-Dimensional Sequences. JACC Cardiovasc Imaging, doi: 10.1016/j.jcmg.2021.02.03

À propos de Royal Philips

Royal Philips (NYSE : PHG, AEX : PHIA) est l'une des plus importantes entreprises technologiques de santé. Focalisée sur l'amélioration de la santé et l'optimisation des perspectives dans le parcours des soins de santé, d'une vie saine au diagnostic et au traitement, en passant par la prévention, sans oublier les soins à domicile. Philips tire parti de technologies de pointe et d'une connaissance approfondie des consommateurs et du monde clinique pour proposer des solutions intégrées. L'entreprise est l'un des leaders de l'imagerie diagnostique, des thérapies assistées par l'imagerie, de la surveillance des patients et de l'informatique de santé, ainsi que de la santé grand public et des soins à domicile. Philips, dont le siège social se trouve aux Pays-Bas, a réalisé avec son portefeuille de technologies de santé un chiffre d'affaires de 17,3 milliards d'euros en 2020 et emploie quelque 77.000 personnes actives dans les domaines de la vente et des services dans plus de 100 pays. Pour plus d'informations sur Philips, consultez le site www.philips.com/newscenter.

Cliquez ici pour en lire plusAfficher moins

Sujets

Contact

Pieter de Meer

Pieter de Meer

PR & Communications Manager Health Systems Benelux

Plus d'informations

Si vous êtes intéressé par cette solution, veuillez nous contacter via notre formulaire de contact.

Visuels

Partager sur les réseaux sociaux

Notre site s'affiche mieux sur la dernière version d'Microsoft Edge, Google Chrome ou Firefox.