Perspective Médicale

Un appareil d'échographie portable au coeur du HagaZiekenhuis

*

Informations de contact

* Champ requis
*
*
*
*
*
*
*
*
*
En spécifiant la raison pour laquelle vous souhaitez être contacté, nous pourrons vous fournir un meilleur service.
We work with partners and distributors who may contact you about this Philips product on our behalf.
*
*
*

Final CEE consent
Pendant un certain temps, les cardiologues du HagaZiekenhuis ont eu recours au Philips Lumify S4-1. L'appareil ayant fait ses preuves sur le plan de l’utilité et de la convivialité, l’achat s’est vite imposé. Un second exemplaire, voire d'un troisième, devrait suivre dans la foulée. Ivo van der Bilt, cardiologue : « Cet appareil-ci est déjà fort sollicité. Nous essayons de le garder dans le giron des échocardiologues, mais cela devient de plus en plus difficile. »
Le Lumify S4-1 est une solution d'échographie mobile, composée d'une sonde et d'une application à installer sur un smartphone ou une tablette. Ivo van der Bilt : « C’est un appareil d’échographie qui se glisse dans la poche du tablier, comme un stéthoscope. C’est un objet très pratique pour un cardiologue de garde qui court d'un coin à l’autre de l'hôpital pour ses consultations. En présence d'un problème qu’une échographie pourrait trancher, c’est très facile de joindre le geste à la parole. »

Patients en phase aiguë

Les cardiologues du HagaZiekenhuis ont notamment recours au Lumify pour les urgences cardiologiques, le monitoring cardiaque ou les soins intensifs. Van der Bilt : « Ces patients sont dans un état critique et impossibles à déplacer. En cas de suspicion de problème cardiaque, il faut se rendre au chevet du patient pour effectuer l'échographie. Auparavant, il fallait interrompre le programme des échographies en salle d'échos, éteindre l'appareil, le débrancher, le convoyer jusqu’au lit du patient et le remettre en marche. Cette logistique nécessitait à elle seule au moins vingt minutes. Sans compter l’écho proprement dite. Avec le Lumify, on peut lire l’écho d’emblée. Je peux souvent écarter d’entrée de jeu certaines causes. Si un examen plus approfondi s’impose, on peut l’intercaler. C'est nettement plus efficace. »

Insuffisants cardiaques

Les cardiologues utiliseront aussi le Lumify chez les insuffisants cardiaques. « Le Lumify complète l'arsenal d'appareils d’examen que le médecin a à sa disposition. C'est beaucoup moins contraignant pour le patient. Si nous voulons juste contrôler l’état de son cœur, il ne doit pas revenir à l'hôpital pour une échographie. »
 

Le praticien ignore encore s'il utilisera aussi le Lumify en dehors des consultations du service Insuffisance cardiaque, en polyclinique. « Les fonctionnalités sont trop limitées pour ce faire. On a besoin d'une machine de pointe qui offre plus de fonctionnalités et qui soit capable de réaliser un type d’échographie bien précis. »

Si, grâce au Lumify, on peut sortir des patients du planning des échographies ou éviter de perturber le programme d'échos, on réduit les coûts et on gagne en efficacité. »

Ivo van der Bilt

Cardiologue HagaZiekenhuis, Pays-Bas

Bonne qualité d'image

Van der Bilt fait les éloges de la qualité d'image. « Nous disposions déjà d’appareils d'échographie mobiles, mais leur qualité de l'image était nettement moins bonne. Chez les patients en phase aiguë, je peux compter une bonne qualité d’image pour apporter une réponse à des questions spécifiques. »

Économie et efficacité

Van der Bilt est convaincu que Lumify est garant d’économies, d’un gain d’efficacité et d’un raccourcissement des listes d'attente. « Dans la quasi-totalité des hôpitaux néerlandais, la salle d'échographie est un service très fréquenté. Si, grâce au Lumify, on peut sortir des patients du planning des échographies ou éviter de perturber le programme d'échos, on réduit les coûts et on gagne en efficacité. »

Compatibilité avec PACS

Le Lumify peut être connecté au PACS. Les clichés d’échographie sont envoyés sans fil au PACS et versés dans le dossier du patient. Ce ne sera pas pour tout de suite, car l’HagaZiekenhuis envisage pour l’heure la réorganisation du PACS. Van der Bilt : « Ce n’est pas un appareil pour jeter un coup d'œil en vitesse et effectuer une échographie en deux temps trois mouvements. Nous devons saisir le nom et la date de naissance de chaque patient et télécharger les images manuellement dans le dossier du patient. »

Piqûres échoguidées

Van der Bilt entrevoit-il d'autres applications pour Lumify ? « Nous disposons désormais d'une sonde cardio. On peut aussi connecter à l'appli une sonde vasculaire, qui peut s’utiliser pour échoguider les injections dans les vaisseaux sanguins. Pour les grosses perfusions, on pique au bon endroit, ce qui évite le risque de complications. Mais je ne parle que pour ma discipline. Je suis certain que le Lumify a une valeur ajoutée à apporter dans d'autres domaines. » 

Amélioration de la qualité de la prise en charge

Van der Bilt espère que le développement rapide de cette technologie va se poursuivre. « Plus de fonctionnalités, une qualité d'image encore meilleure. Les médecins seront alors en mesure de proposer une meilleure prise en charge aux patients. Pour cela, nous avons vraiment besoin d'un partenaire technologique comme Philips. »