Perspective Médicale

L'évolution du numérique contribue à réduire la dose de rayonnement

*

Informations de contact

* Champ requis
*
*
*
*
*
*
*
*
*
En spécifiant la raison pour laquelle vous souhaitez être contacté, nous pourrons vous fournir un meilleur service.
We work with partners and distributors who may contact you about this Philips product on our behalf.
*
*
*

Final CEE consent

UMC Groningue investit dans la plate-forme logicielle Azurion pour la radiologie interventionnelle
 

Innovation technologique oblige, les quartiers opératoires des hôpitaux évoluent pour devenir des forteresses de haute technologie. La chirurgie robotique, les procédures mini-invasives et les interventions assistées par imagerie entrent dans les mœurs. « La technologie nous aide à proposer des soins de haute qualité à nos patients », déclare le docteur Matthijs Kater de l'UMC Groningue. De nouveaux équipements destinés aux interventions assistées par imagerie augmentent la qualité de l'image et l’ergonomie. Dans le même temps, la réduction des rayonnements garantit un environnement plus sûr pour les prestataires de soins de santé et les patients. Tout le monde y gagne. »

Le docteur Matthijs Kater est radiologue interventionniste au Centre médical universitaire de Groningue : « La majeure partie de notre travail consiste à prendre en charge des patients pour le compte d'un autre spécialiste : neurochirurgien, chirurgien vasculaire, néphrologue, gynécologue, gastro-entérologue ou pédiatre, par exemple. Si nos collègues nous consultent, c’est parce que nous disposons de la plus grande expertise. Pour l’instant, la plupart de nos interventions concernent le marquage cutané des varices. Mais nous travaillons aussi régulièrement au sein d'une équipe multidisciplinaire, notamment pour des interventions complexes de l'aorte. »
 

Le quadragénaire parle avec passion de son métier. « Ce qui me fait plaisir, c'est de pouvoir assister nos confrères et consœurs spécialistes en cas de complication, qu'il s'agisse d'une hémorragie de la délivrance lors d'un accouchement ou après une intervention chirurgicale. On peut alors ligaturer les vaisseaux en passant par une petite incision inguinale. »
 

Les salles équipées de scanners et d'appareils d'imagerie sont le quotidien du docteur Kater, qui a vu le monde de l'imagerie médicale fortement évoluer. « Je suis encore relativement jeune, mais j'ai déjà connu toute une évolution dans ma carrière. Au début, j'ai encore travaillé sur un vieux statif d’angio, avec des moniteurs convexes qui ressemblaient au téléviseur de ma grand-mère. En 20 ans, on a fait un énorme bond en avant en termes de convivialité à l’usage, de qualité d'image et de fonctions numériques. Il y a donc une forte augmentation du nombre d'interventions assistées par imagerie à l'hôpital.

Nous souhaitons vous informer et vous inspirer. Inscrivez-vous pour recevoir les derniers articles de Perspective Médicale.

Le système Azurion est équipé de Clarity IQ, une technologie exclusive qui émet jusqu'à 60 % moins de rayons X nocifs sans compromettre la qualité des images.”*

Appareil polyvalent et forte réduction du rayonnement

Afin d'améliorer constamment la qualité des soins, les hôpitaux et les spécialistes suivent de près ces évolutions. Mais avant d’investir dans de nouveaux équipements, il faut bien réfléchir. Au UMC Groningue, il n'en va pas autrement. La recherche d'un nouvel appareil pour les interventions assistées par l'image a pris plusieurs années. « Nous avions besoin d'un appareil polyvalent. Il devait pouvoir servir à la fois à la radiologie générale et aux interventions hybrides et complexes de l'aorte, explique Matthijs Kater. Nous avons soumis ces desiderata à plusieurs fournisseurs.
 

« Le premier appareil envisagé s'est avéré trop grand pour la salle d'opération existante. La transformation et l'adaptation de la salle n'étaient pas vraiment à l’ordre du jour. Cela aurait coûté trop cher et aurait trop retardé le remplacement. À un moment, on sait aussi que l'ancien appareil a fait son temps et a tout donné après 12 ans. »
 

Alors que l'UMC était à la recherche d’une alternative, Philips venait de lancer sa plate-forme logicielle Azurion pour les interventions assistées par imagerie. « Nous avons été immédiatement intéressés, parce que nous avons vite cerné de quelle façon cette plate-forme pouvait augmenter l'efficacité de notre travail quotidien », explique le radiologue interventionnel. Et ce n'est pas tout. Le système Azurion est équipé de Clarity IQ, une technologie exclusive qui émet jusqu'à 60 % moins de rayons X nocifs sans compromettre la qualité des images. « C'est la conjugaison de ces facteurs qui nous a convaincus. »

Matthijs Kater, UMC Groningue

Incroyablement facile à l’usage

Le docteur Kater a presque un an d'expérience avec l'Azurion. L'appareil présente trois atouts majeurs. « Tout d'abord, l'interface utilisateur est très intuitive et donc extrêmement facile à utiliser. On peut commander l'appareil manuellement à l'aide de boutons ou de la souris via des menus à l'écran ou sur l'écran tactile. Un simple 'glisser-déplacer' nous permet d’ajuster l'affichage selon à nos préférences. »
 

« Ensuite, on peut aussi commander à distance d'autres appareils. Plus besoin de quitter la pièce pour consulter des informations sur un autre poste ou pour comparer en parallèle les clichés CT et angiographiques dans un cas difficile. C’est tout bénéfice pour le travail en milieu stérile », renchérit le radiologue interventionnel.
 

« Enfin, il y a aussi un avantage organisationnel. Avec l'Azurion, on peut afficher et transmettre des clichés en cours de procédure dans la salle d’opération. Auparavant, ce n'était pas possible. Le gain de temps est appréciable. »

Prochaine avancée : les réalités virtuelle et augmentée

Le docteur Kater s'attend à ce que l'évolution technologique des interventions assistées par imagerie se poursuive : « Nous tendons à évoluer vers des blocs opératoires hybrides équipés d'appareils de pointe pour traiter le plus efficacement possible les patients atteints de pathologies complexes. Les applications numériques telles que la plate-forme logicielle Philips, couplée à la réduction de la dose de rayonnement, participent à l'évolution de la radiologie interventionnelle. Il y a certainement encore de la marge pour des progrès en chirurgie vasculaire et hépatique. »
 

« Grâce à la réalité virtuelle et augmentée, nous pourrons travailler de manière plus flexible à l'avenir et ne plus dépendre d'écrans fixes. Les images s'afficheront devant nous et nous pourrons également consulter des informations ou des clichés complémentaires sans lâcher le patient des yeux, prédit le médecin. Grâce à ces nouvelles techniques, nous avons une vue meilleure et plus détaillée de nos actes médicaux. En fin de compte, je pense que le patient ne s’en portera que mieux. »

En savoir plus sur Philips Azurion