Informations Presse

Clarify augmented reality
juil. 08, 2021

L’Avenir : « L’imagerie est essentielle dans les hôpitaux »

Temps de lecture moyen: 1-3 minutes

Opérer ne se résume pas à manier le scalpel. De récentes innovations dans les procédures guidées par l’image offrent des avantages aux patients et aux soignants. Dans un article, L’Avenir présente cinq évolutions dans le domaine des opérations mini-invasives guidées par l’image dans lesquelles les technologies novatrices de Philips jouent un rôle important.

 

Les trois premières évolutions concernent des opérations mini-invasives sur le cœur, la colonne vertébrale et le cerveau. Les chirurgiens peuvent faire appel à la technologie Philips pour remplacer des valves cardiaques ou traiter une sténose coronaire (rétrécissement de l’artère).

Il est important d’intervenir le plus rapidement possible. Un caillot qui bloque la circulation dans le cerveau détruit 2 millions de neurones chaque minute. En gagnant du temps, nous pouvons potentiellement réduire les dommages et les pertes de vie dus aux AVC.

Atul Gupa

Chief Medical Officer Image Guided Therapy pour Philips

Il est également possible de recourir aux procédures mini-invasives pour traiter des accidents vasculaires cérébraux. En Belgique, environ 19 000 personnes sont victimes d’un AVC chaque année. Philips fait des recherches sur les direct-to-angio-suites : en cas de présomption d’un caillot, les médecins pourront effectuer un scanner dans la salle d’opération et réaliser immédiatement l’intervention. « Il est important d’intervenir le plus rapidement possible », souligne Atul Gupa, Chief Medical Officer Image Guided Therapy pour Philips : « Un caillot qui bloque la circulation dans le cerveau détruit 2 millions de neurones chaque minute. En gagnant du temps, nous pouvons potentiellement réduire les dommages et les pertes de vie dus aux AVC. »

 

Les évolutions technologiques les plus récentes dans les opérations mini-invasives guidées par l’imagerie concernent cependant la chirurgie de la colonne vertébrale (la nouvelle solution Philips Clarifeye). Au lieu de pratiquer une chirurgie ouverte qui expose toute la colonne vertébrale, le chirurgien peut désormais fixer des points de référence sur la peau du patient et ainsi, grâce à la réalité augmentée, voir en temps réel le trajet qu’il doit parcourir pour placer correctement les vis dans la colonne vertébrale. L’approche mini-invasive de la chirurgie de la colonne vertébrale réduit les douleurs postopératoires, raccourcit la durée d’hospitalisation, diminue les pertes de sang et minimise les détériorations des tissus mous et cicatriciels.

Clarify

Les deux autres tendances concernent le traitement des cancers et de l’anévrisme. « Pour certains cancers comme le cancer du foie et des reins, nous pouvons introduire un cathéter dans le corps du patient et rechercher les vaisseaux sanguins qui alimentent la tumeur. Il sera ensuite possible d’emboliser ces vaisseaux pour enrayer la croissance de la tumeur. En outre, nous pouvons administrer localement de la chimiothérapie à très forte dose », explique Atul Gupta.

 
Au centre des maladies cardio-vasculaires de l’UZ Brussel, le professeur Erik Debing réalise des procédures mini-invasives dans une salle d’opération hybride flambant neuve. Il explique dans l’article que le traitement traditionnel d’un anévrisme abdominal nécessite une grande incision dans l’abdomen et oblige ensuite le patient à séjourner sept à dix jours à l’hôpital. Mais aujourd’hui, huit anévrismes abdominaux sur dix sont traités par une opération mini-invasive qui n’implique que deux petites incisions dans les plis de l’aine et l’introduction d’une prothèse par l’artère fémorale. « Le taux de mortalité a ainsi baissé d’entre 3 et 4 % à 1 % », souligne le professeur Erik Debing, chirurgien vasculaire à l’UZ Brussel.
 
Philips soutient les procédures mini-invasives par une imagerie de pointe et en réunissant toutes les informations nécessaires. Résultat : les médecins perdent moins de temps et peuvent travailler avec une plus grande précision. Pour les patients aussi, les avantages sont nombreux : meilleurs résultats, séjour plus court à l’hôpital... Pour les hôpitaux eux-mêmes enfin, une hospitalisation plus courte des patients réduit les coûts.

Lisez l’article publié par L’Avenir dans son intégralité ici.

Partager sur les réseaux sociaux

Sujets

Contact

Pieter de Meer

Pieter de Meer

PR & Communications Manager Health Systems Benelux

Articles connexes

Notre site s'affiche mieux sur la dernière version d'Microsoft Edge, Google Chrome ou Firefox.